guide complet cutter rotatif au patchwork

Cutter Rotatif : le guide COMPLET pour enfin l’utiliser correctement

Un guide complet pour enfin apprendre à utiliser correctement  ton cutter rotatif ? Tu en as rêvé depuis toujours ? Le voici.

Tu adores le patchwork et le patchwork machine t’intéresse. Oui, mais ça ne marche jamais comme tu veux, surtout avec le cutter rotatif. Ça a l’air si simple dans les vidéos. Mais toi, le résultat est catastrophique, à tous les coups…

Quand tu vois les ouvrages magnifiques sur Facebook ou Instagram, les quilteuses qui préparent leurs beaux tissus d’un coup de cutter rotatif…Le décalage est tellement flagrant avec ce que tu peux réaliser ! Pourquoi mes bords de coupe sont effilochés, les traits de coupe irréguliers ? C’est tellement énervant!

Dans ces cas-là,  on a juste envie de tout laisser tomber. T’es complètement découragée,  frustrée. Tu te dis, c’est moi, ou il y a un truc ? Prête à abandonner ? A passer l’éponge ? 

STOP. 

ATTENDS. 

Je sais combien c’est difficile d’avoir les bonnes infos et de progresser quand on est toute seule pour se dépatouiller avec tout ça…

Il y a une réponse, une explication pour nombre de désagréments causés avec l’utilisation du cutter rotatif. Je vais te montrer pas à pas, le pourquoi et le comment. Cela te permettra enfin d’utiliser ton cutter rotatif dans les bonnes conditions, et d’améliorer les étapes où ça coince…

T’es prête ? Suis-moi, c’est parti !

guide complet cutter rotatif au patchwork

On pense, à tort, que faire du patchwork machine, c’est comme le patchwork à la main. Or il n’en est rien. Les deux disciplines sont du patchwork, mais la façon de l’aborder est complètement différente. 

Pour bien manipuler le cutter rotatif, il faut comprendre que la coupe des tissus fait intégralement partie du processus de couture au patchwork machine. 

En effet, lorsque l’on coupe les pièces de tissus au cutter rotatif, on a déjà intégré les marges de couture, d’¼ d’inch. Cette mesure doit être précise ET constante. Lorsque l’on coud deux pièces à la machine, c’est cette mesure d’un quart d’inch, souvent équivalent à la largeur du pied de biche, le pied presseur, qui nous sert de repère pour une couture régulière.

Or, si tu ne prends pas soin de ta coupe au cutter rotatif, tu auras inévitablement des décalages à la couture : soit des pièces trop grandes, soit des pièces trop petites, dans tous les cas, ce ne sera pas identique au modèle que tu souhaites suivre.

Alors, oui, il y a quelques règles de bonne conduite à connaître pour bien vivre avec ton cutter rotatif. Mais avant de te les donner, je t’invite à prendre connaissance des erreurs et problèmes les plus courants que l’on rencontre lorsqu’on débute au patch machine. 

Si tu es débutante, voici les 8 erreurs les plus courantes que tu risques de rencontrer avec ton cutter rotatif.

Cutter rotatif : les 8 erreurs les plus courantes à corriger

1- Mon tissu est inégal en début ou fin de coupe

Tu viens de couper tes premières formes, mais à y regarder de plus près, il y a comme un os ! Les débuts et les fins de coupe de tes formes sont complètement inégaux ! Que ce soient des carrés, des triangles, des bandes, les débuts et les fins de tissus ont des petites oreilles, des petites pointes.

 

A quel problème cela correspond-il ? 

C’est le signe que ton cutter n’est pas en permanence contre la règle de patchwork lorsque tu coupes. Il est important que ton cutter soit plaqué, à la perpendiculaire de ta règle, avant même de démarrer la coupe, et également bien après avoir “passé” la ligne de fin de ta forme à découper.

cutter rotatif : guide complet pour apprendre à s'en servir

2- Mon tissu s’effiloche

Dans certains cas, la coupe peut être un peu difficile, le tissu ne se coupe pas correctement, et parfois, le long du bord de coupe, il a tendance à s’effilocher. Le tissu s’abîme, de petits bouts de fils apparaissent tout le long du bord de coupe. Cela peut perturber la couture ensuite, puisque le bord n’est pas net, et il est plus difficile de garder ses repères pour une couture propre. 

Quel est le problème du tissu qui s’effiloche ? 

Le problème ne vient pas alors du tissu, mais du cutter rotatif. Il est temps de changer ta lame ou de l’aiguiser, car elle a dû s’émousser. Il a suffi de couper du papier pour la désaffuter, ou simplement avec l’usure de nombreux passages répétés. 

3- La règle de patchwork dérape ou glisse sur les tissus

C’est un problème classique chez les quilteuses. La règle de patchwork a tendance à glisser sur les tissus. Résultat : le cutter dérape, et la forme ne ressemble pas du tout à ce que tu as prévu de couper au départ ! Quand on ne se fait pas de mal encore ! Un incident est vite arrivé !

Comment faire pour éviter que la règle de patchwork glisse sur le tissu ?

Heureusement les quilteuses sont créatives ! Elles ont inventé deux petits outils ultra simples mais tellement efficaces ! Le premier, ce sont de petites pastilles à coller sous la règle et qui règlent le problème en un rien de temps. Le deuxième, c’est une poignée ventouse à placer sur la règle, et qui permet une meilleure préhension. Ces deux accessoires se trouvent dans toutes les bonnes merceries orientées patchwork. 

Ces deux accessoires permettent de faciliter la vie. Mais dans tous les cas, il s’agit d’un problème de position, de placement des tissus, de la règle sur le plan de travail face à soi.

mon cutter rotatif dérape

4- J’ai des lignes de coupe inégales dans mes tissus patchwork, avec des vagues

Tu as coupé tes tissus, car tu voulais préparer des bandes pour un modèle. Tu places ta règle, tu coupes tout droit, parfait ! En y regardant de plus près, eh bien, non ! En fait, ça gondole à Venise ! Ta bande de tissu n’est pas rectiligne, elle est toute en rondeur, toute en vagues. 

Pourquoi tu as des vagues dans ton tissu après la coupe ? Cela vient du placement de ton cutter, qui n’est pas constamment placé contre la règle. En plus de cela, il est fort à parier que ton cutter n’est pas tenu verticalement lors de la coupe. Tout est dans le poignet. En gardant de la souplesse, mais également une tension égale dans le poignet, cela te permet de maintenir le cutter plaqué à la verticale, sur toute la longueur de coupe.

tissu avec vagues

5- J’ai des lignes de coupe inégales dans mes tissus patchwork, avec des crans

Lorsque tu as trop de vagues dans la ligne de coupe de ton tissu, c’est que la tenue du cutter est trop souple. Mais il arrive parfois également, qu’à la place des vagues, tu te retrouves avec des crans dans le tissu. Finalement, le tissu se retrouve avec une multitude de micro-dents, qui ne facilitent pas le placement, ni la coupe des pièces de ton modèle. 

Que s’est-il passé alors ? 

C’est tout l’inverse du point précédent. Il est fort probable que tu es trop crispée sur ton plan de travail. En maintenant le cutter de façon trop crispée, et peut-être en étant trop éloignée du bord du plan de travail, tu ne peux pas avoir un mouvement fluide pour couper le tissu. Tu avances par à-coups, et voilà comment les petits crans apparaissent !

coupe tissu cutter crans

6- Mon cutter rotatif mange la règle de patchwork

Les premières fois que j’ai utilisé mon cutter rotatif pour couper du tissu, j’ai eu l’impression d’être un éléphant dans un magasin de porcelaine ! J’y suis allée franco, et bam, forcément, la lame du cutter ne faisait que buter contre la règle ! A ce rythme-là, il me faudrait un stock de lames de rechange, ou envisager sérieusement de changer de méthode ! 

 

Comme pour les points précédents, deux éléments incontournables entrent en ligne de compte : le placement du cutter contre la règle, toujours à la verticale, et le maintien au niveau du poignet, un mélange de souplesse et de fermeté. Le petit bonus, pour s’améliorer : penser à respirer ! Oui, oui ! Quand on bloque sa respiration, on se crispe. Quand on respire, les choses deviennent plus fluides. Et surtout, prends ton temps ! Vas-y doucement ! Quand tu auras pris de l’assurance, tu pourras aller plus vite ! 

7- J’ai toujours mal au dos quand je coupe mes tissus de patchwork

L’environnement de travail est essentiel pour faire les choses correctement. Lorsqu’on démarre le patchwork, on n’est pas forcément bien équipé. Et lorsqu’on a un modèle en tête, et envie de tester ou démarrer rapidement, le plan de travail n’est pas dégagé, les projets se sont empilés et il arrive qu’on se contorsionne pour arriver à nos fins !

 

Si tu as mal au dos lorsque tu coupes tes tissus, c’est que tu n’es pas placée correctement  face à ton plan de travail. Tu es trop loin de ton plan de travail et/ou les pièces à couper sont trop loin de toi. Résultat : Tes bras sont en tension au-dessus du plan de travail, et c’est sur le bas du dos que ça tire ! 

 

En résumé : Tout rapprocher au maximum de toi, pour éviter les tensions et les contorsions !

8-J’ai toujours mal à la main quand je coupe mes tissus de patchwork

Je ne te parlerai pas ici de douleurs d’arthrose, mais de douleurs aux mains après avoir coupé plusieurs pièces de tissus au cutter rotatif. Si tu es crispée et que ton poignet est “bloqué” sur le manche du cutter, il y a de fortes chances que tu finisses avec des douleurs dans les mains et le poignet. 

Plus ton poignet sera souple, et plus ta position de travail sera appropriée, moins tu seras gênée dans ton corps. Il est vraiment important de se ménager et d’adopter les bons gestes pour créer dans les meilleures conditions possibles !

Cutter rotatif : le guide COMPLET pour l’utiliser enfin correctement

Comment faire alors pour s’assurer un confort maximal lorsque l’on coupe au cutter rotatif ? Pour éviter toute douleur chronique, ou pire, des blessures, il convient de suivre certaines règles.

1- le bon cutter rotatif pour la bonne utilisation

Depuis sa création dans les années 70, le cutter rotatif a bien évolué. Il en existe dans différentes tailles de lame, et différents types de lames également.

Tu le sais sans doute déjà, il existe différentes tailles de cutter rotatif. On en trouve 4 dans les merceries spécialisées pour le patchwork :

le cutter rotatif de 45mm

C’est la taille standard, on va dire, celle qui est la plus couramment utilisée, lors des travaux courants de patchwork machine. 

 

Plus la lame sera grande, plus elle pourra couper de tissu. En règle générale, avec une lame neuve, et/ou bien entretenue et affutée, on peut couper jusqu’à 6 à 8 épaisseurs de tissus (selon le type de tissus également). 

 

On va pouvoir l’utiliser pour toutes les activités de coupe courante. 

le cutter rotatif de 60mm

 

C’est la taille au-dessus, et tu vas pouvoir couper jusqu’à 12 épaisseurs de tissu environ. Il est utilisé pour un usage intensif, comme dans les merceries. Il est parfait également pour équerrer un quilt avant de poser le biais par exemple. 

le cutter rotatif de 28mm

Cette taille de 28mm est adaptée aux petits projets, et encore plus particulièrement aux formes avec des courbes. Moins encombrant, il s’adapte bien et épouse mieux les formes courbes. 

le cutter rotatif de 18mm

Le 18mm est le petit frère du 28 mm qui le complète très bien. Il convient également très bien aux petites formes courbes. 

 

Les quilteuses ont souvent plusieurs cutters rotatifs, de différentes tailles. Le petit truc en plus, c’est d’utiliser les lames “fatiguées” par des heures et des kilomètres de coupe, sur un second cutter rotatif, dédié uniquement à la coupe de papier. En effet, comme les ciseaux, on va réserver un outil pour la coupe du tissu, et un second outil pour la coupe du papier. De cette façon, pas de désaffûtage intempestif !

2- un bon environnement pour utiliser son cutter rotatif

Pour réaliser des coupes au cutter rotatif, il est essentiel de se créer un espace et un environnement de travail adapté. 

Même si tu ne disposes pas d’un atelier de patchwork, tu peux te prévoir une petite station de patchwork mobile, où tous tes outils et accessoires de patchwork seront centralisés. Dans les magasins de bricolage et de maison, tu peux acquérir une petite servante à roulettes pour pas très cher. 

C’est idéal lorsqu’on n’a pas d’espace dédié. Tout est rangé au même endroit, cutters, outils de marquage, fer à repasser, tapis de découpe,…. et au moment où tu as un peu de temps pour toi, tu attrapes ta servante à roulettes, et c’est parti !

Il y a trois éléments essentiels pour optimiser ton environnement :

un plan de travail stable

Tu auras besoin d’un plan de travail stable. N’imagine même pas couper du tissu au cutter sur une table branlante. Il n’y a rien de pire pour couper de façon imprécise ! Il peut s’agir de la table de la cuisine ou du salon. Je l’ai fait pendant des années. Je pouvais laisser une partie de mes affaires, mais tout le monde n’a pas la chance d’avoir une table de cuisine rustique de 3 mètres de long !

une lumière

Pour réaliser des coupes propres, la lumière a toute son importance. Qu’elle soit naturelle ou d’appoint, on ne peut pas en faire l’économie. Si tu as la possibilité d’avoir une lumière naturelle, c’est vraiment bien. Mais elle n’est pas forcément suffisante. Dans ce cas, tu peux investir dans une lampe, avec une gradation d’intensité, et surtout de type lumière du jour. C’est une lumière assez blanche, qui reproduit l’équivalent de la lumière naturelle, et c’est moins fatigant pour ton confort visuel. 

un espace de travail dégagé

Alors, oui, je sais, ça paraît tout bête, dit comme ça ! Mais…au quotidien, quand on devient passionnée de patchwork, le plan de travail devient très vite un chantier sans nom !! Et si en plus, on a très envie de lancer un (nouveau) projet, ou de tester une technique, vite fait, entre deux, on a tôt fait de juste pousser un peu plus le bazar sur le côté pour se faire une petite place. 

 

On s’installe, entre deux piles de tissus, un magazine ouvert en travers, des piques épingles et les gabarits acryliques…Il suffit qu’un accessoire de couture ne soit pas assez dégagé de l’espace de travail en cours pour que cela gêne la bonne manoeuvre du cutter contre la règle de patchwork. Et là, trop tard, ton tissu est coupé, et mal coupé…

 

Donc, on prend cinq minutes avant de démarrer, quitte à lancer le minuteur, pour se booster à ranger rapidement. Une astuce serait de prendre 10-15 minutes chaque semaine pour tout ranger ce qui a été sorti. Comme cela, un plan de travail dégagé donne plus facilement envie de s’y (re)mettre. 

3- un bon positionnement du corps devant le plan de travail

Apprendre à bien se positionner, on ne l’apprend jamais. Juste à la maison, à table. “Tiens-toi droit, ou t’auras mal au dos”. Ça se résume à ça. Malheureusement. 

 

Pour éviter les douleurs, je te conseille de suivre ces quelques conseils :

Toujours rapprocher les objets vers soi

Une des douleurs principales se situe au niveau du dos. Une seule mauvaise position peut entraîner des douleurs plus ou moins vives. 

 

C’est pourquoi, l’une des premières recommandations, c’est de toujours approcher le matériel au plus près de soi,  sans non plus être gêné si c’est trop près. Car, plus le matériel est loin sur la table, plus cela crée des tensions, dans le milieu du dos, au niveau des dorsales, ou dans le bas du dos, les lombaires. C’est sans compter les mouvements d’extension du bras devant soi lorsqu’on manipule le cutter. C’est ce genre de mauvaises postures qui amplifient les tensions du dos. Surtout si tu as à répéter ces gestes pour découper de nombreuses pièces de tissus pour ton projet.

bien se positionner devant sa table de couture assise

Les épaules détendues et les coudes à 90°

Que l’on soit debout, ou assise, dans les deux cas de figure, les épaules doivent rester détendues, et les coudes au plus près du 90° (à angle droit, donc)

 

Ce qui signifie que lorsque l’on travaille debout, la hauteur du meuble doit correspondre au niveau des coudes à 90° quand les épaules sont détendues. Celles-ci doivent rester souples, et non crispées. Si le plan de travail n’est pas à la bonne hauteur, comment faire ? On peut envisager de mettre des cales pour ajuster la hauteur. On peut également envisager un autre plan de travail, investir un coin de chambre d’ami, où installer une table à la bonne hauteur. On peut également travailler assis.

 

Si tu souhaites travailler assis, les mêmes règles s’appliquent : les épaules détendues et les coudes à 90°. Le compagnon idéal dans ces cas-là, c’est un siège, un tabouret dont on peut moduler la hauteur à sa convenance. 

4- bien tenir son cutter rotatif

Lorsqu’on démarre la couture au patchwork, on a de nombreuses choses à apprendre, de nombreuses choses à retenir. Les gestes qui semblent si naturels aux autres, nous mettent mal à l’aise. Résultat : on se crispe. Le corps se crispe et on bloque sa respiration. Et cela rend les manipulations et les apprentissages encore plus difficiles. 

Bien tenir son cutter est important pour apporter de la fluidité au geste. Le conseil, c’est donc de tenir le cutter comme on tient son couteau à table. Le pouce sur le côté de l’outil, et l’index sur le dessus pour maintenir l’équilibre du cutter. Les autres doigts viennent maintenir le reste du manche, comme le couteau. 

Certaines personnes ont tendance à tenir le cutter en plaçant la totalité des doigts autour du manche. Cela risque de provoquer des douleurs, car le poignet sera dans ce cas-là beaucoup moins flexible, et limitera la mobilité du poignet. Et c’est là qu’ apparaîtront les douleurs dans la main et les imprécisions dans la coupe. 

Pour ne pas se blesser, pense à réaliser les mouvements de coupe toujours vers l’extérieur, c’est-à-dire de toi vers le milieu du plan de travail. Et non pas l’inverse. Cela limite les risques d’accident pour cause de dérapage incontrôlé ! 

Toujours dans les questions de sécurité, lorsque tu t’apprêtes à couper au cutter, vérifie que tous tes doigts sont placés sur la règle ! Il peut arriver qu’un doigt dépasse légèrement, et dans ces cas-là, le cutter ne fait pas de cadeau ! Ça coupe !!

Enfin dernière chose, et c’est le réflexe à avoir si ton cutter n’a pas une lame rétractable automatique : A chaque fois que tu poses le cutter sur le plan de travail, pense à rétracter la lame. C’est un réflexe sécurité indispensable !

La coupe au cutter rotatif demande patience et apprentissage continu

La coupe au cutter rotatif a vraiment révolutionné le patchwork machine depuis son invention dans les années 70. Elle permet de gagner en précision et en temps dans le processus de création de tes ouvrages.

Comme pour toute technique, la coupe au cutter rotatif demande un minimum d’apprentissage. Même si au premier abord, la manipulation peut sembler simple et enfantine, cela nécessite tout de même de la pratique et des règles de base à suivre.

Avant de te lancer dans un projet de patchwork machine plus ou moins complexe, prends le temps de te familiariser avec l’outil, teste-le avec de petites pièces ou un projet moins ambitieux. 

Les erreurs que je t’ai présentées, je les ai toutes faites, et il m’arrive encore d’en faire, surtout lorsque je veux aller trop vite, ou que je ne suis pas complètement concentrée. 

 

Il n’y a rien d’insurmontable, mais c’est comme pour tout, personne n’y est jamais arrivé du premier coup ! Prends ton temps, vas-y pas à pas et surtout reste détendue. Plus tu seras crispée, moins cela marchera. Alors, on reste zen, et le plaisir du patchwork machine viendra !

Dis-moi en commentaire comment s’est fait ton apprentissage au cutter rotatif, et si tu rencontres encore des difficultés dans son utilisation ! 

Pense à partager ton article favori sur tes réseaux sociaux préférés !

17 commentaires

  • Felten krystyn

    Merci, Merci.. merci…!!!!!
    Merci pour tout ce que vous offrez,c’est si gentil et attentionné..
    Je débute, fébrilement mais si heureuse de vous avoir trouvé..
    Est ce qu’il existe un endroit où je peux laisser des messages vocaux??
    Bien belle journée 🌿🌈✨

    • Nadège Fily

      Bonjour Krystyn,
      Merci pour votre enthousiasme ! Je suis vraiment contente si les articles et tutos vous aident dans votre apprentissage. Pour des messages vocaux, je pense que le plus simple serait de me retrouver sur Instagram (@patchworkfacile). Vous aurez ainsi la possibilité de me laisser un message vocal ou écrit…
      Bonne continuation ! A bientôt,
      Nadège

  • Chantal

    Bonjour Nadège,
    Merci pour ce mémo très complet. J’ai fait toutes les erreurs que tu décris et lorsque je me précipite il m’arrive encore des ennuis… pour récupérer une lame qui vieillie, je plie un morceau de papier d’alu, afin d’obtenir plusieurs épaisseurs et je roule le cutter dessus. Et faire attention à ses doigts lorsque l’on change de lame et penser à bloquer le cutter surtout si des enfants rôdent près de la table. Et pour ne pas éclater son budget les cutters rotatifs Lidl sont très abordables et fonctionnent très bien.
    Je te souhaite une belle journée.
    Chantal

    • Nadège Fily

      Bonjour Chantal, Merci pour tous ces précieux partages. J’ai déjà essayé de réaffuter avec de l’alu, mais l’affaire n’était pas très concluante. Je réessaierai. J’ai acheté depuis un petit affuteur qui marche aussi très bien. Oui, les enfants autour de la table de couture, attention ! Pour Lidl, je ne savais pas qu’ils en proposaient. Je surveillerai maintenant ! A bientôt, Nadège

  • Monique D

    Bonjour Nadège,
    Merci pour ton article très détaillé sur l’utilisation du cutter rotatif.
    Personnellement, je n’ai aucun souci à utiliser le cutter mais je suis certaine que d’aucunes (ou d’aucuns) en tireront des leçons. Et après tout, pourquoi pas moi car il y a toujours quelque chose à apprendre si peu soit-il…
    Il est bien rare que je fasse mes patchworks à la machine. Je n’utilise ma MAC que pour faire des pochettes, des sacs ou autres objets utiles.
    En tout cas “chapeau” pour tes articles.
    Amicalement

    • Nadège Fily

      Bonjour Monique, Merci pour ton passage sur le blog. J’ai bien conscience que ce genre d’articles te touchera moins, en tant que grande confirmée du patchwork ! Mais comme tu le dis, il y a toujours des petites choses à trouver ! A bientôt ! Nadège

  • Delperier Marthe

    Merci pour toutes ces explications. J’ai débuté comme ça aussi .
    J’emploie un haltère de 3kg, pour maintenir la grande règle de coupe sur le tissu, cela facilite vraiment la coupe en plus d’avoir collé des pastilles anti glisse sur la règle .

    • Nadège Fily

      Bonjour Marthe, Merci pour ton passage sur le blog. Oui, poser un poids sur la règle, c’est un des trucs des quilteuses. Avec une haltère, ou certaines utilisent aussi des sacs de riz. A bientôt sur le blog ! Nadège

  • Maria-Rita

    Bonjour Nadège, je lis depuis peu tes articles. Merci pour ces trésors d astuces que tu nous donnes.
    Concernant le guide pour le cutter rotatif, la difficulté que j ai tendance à rencontrer c est le mal de dos et au poignet.
    Après lecture, je vais revoir mon environnement de travail et ma posture dans mes travaux de découpe.
    Merci encore
    Maria-Rita

    • Nadège Fily

      Bonjour Maria Rita,
      Je suis ravie que tu aies trouvé le blog Patchwork Facile. Le mal de dos, ça me connaît, et ce genre de désagréments me tient tout particulièrement à coeur. C’est tellement fatiguant, voire handicapant lorsque les douleurs s’installent ! N’hésite pas à faire des tests ! Si c’est mieux, viens me le dire ici sur le blog ! A bientôt, Nadège

    • Nadège Fily

      Bonjour Sylvie, merci pour votre passage sur le blog. Oui, parfois, des petits rappels, ça fait du bien ! Une belle semaine à vous aussi ! A bientôt, Nadège

  • Marie-P

    Bonjour Nadège, Merci pour tous tes conseils. Je débute, et j’ai rencontré toutes les difficultés que tu as énumérées ! Cela fait des années que je veux pratiquer cette activité, mais du mal à me lancer et ce fut surtout à cause de la coupe au cutter rotatif !!! Maintenant ça commence à bien fonctionner, malgré quelques petits dérapages. Par contre, pour maintenir mes règles ou tissus, je suis allée acheter des cales portes chez Action. Il y en a deux sortes, un gros et haut et un autre plus bas et moins lourd et tout cela à petit prix (très petit prix) ! Un grand merci pour toutes tes explications, tes astuces, je suis ravie de connaître ton site. Merci, à bientôt.
    Marie-P

    • Nadège Fily

      Bonjour Marie-P., je suis très contente que les contenus de Patchwork Facile puissent t’aider à apprendre et progresser. Le cutter rotatif, finalement, c’est comme apprendre à conduire. Au début, on n’est pas très à l’aise, mais en persévérant et en prenant son temps, c’est comme tout, on y arrive ! Tu as tout à fait, raison, poser un poids, c’est une aide précieuse. Certaines quilteuses ont des mini haltères aussi, et les plus pragmatiques utilisent des sachets de riz du garde-manger ! A bientôt sur le blog ou la chaîne YouTube, Nadège

    • Nadège Fily

      merci pour ton passage sur le blog. Oui, les débuts sont toujours un peu épiques ! Je confirme les sueurs froides du départ ! On vit dangereusement, ou pas !! 😉 A bientôt, Nadège

  • MarieVero

    Merci pour ces astuces, je n’aurai pas pensé au problème de mal de dos, je ne coupe jamais tous les tissus d’un coup, trop peur de me tromper! Alors oui, ça me prend plus de temps ,mais peu importe, jene fais pas un concours de vitesse, après tout! 😉
    En revanche, le coup de cut trop enthousiaste qui coupe le doigt, aie aie, j’ai testé, ouimaisnon, à éviter strictement!

    Et je ne savais pas qu’on pouvait affuter les lames du cutter, au lieu de les changer, ben zut

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *