Tissus patchwork couleurs
Découverte

Les 7 Erreurs du Débutant en Patchwork | comment les dépasser

Quand on débute en patchwork, comme toute nouvelle activité, on commet des erreurs qu’il est possible d’éviter. Voici une sélection des plus courantes, et quelques conseils pour y remédier.

1 – Etre impressionnée par des ouvrages grandioses

Le patchwork, c’est souvent une rencontre. Une rencontre avec un ouvrage, au détour d’une revue, d’un reportage. La réaction est claire : soit on aime, soit on est complètement indifférent. A voir quelque chose de grandiose, comme des quilts anciens aux milliers de petites pièces, la finesse des ouvrages des quilteuses japonaises ou l’éclat d’un Passacaglia, on se sent ébloui par tant de beauté. Mais on peut aussi stopper net devant ce genre d’ouvrages, et se dire : « Euh, bah non, je passe mon tour, ce n’est pas pour moi ».

Quilt La Passacaglia de Tula Pink
La Passacaglia, un Quilts devenu légende. Découvre d’autres réalisations sur le blog de Maryline Collioud-Robert

C’est la première erreur du débutant en patchwork. Qui a déjà réalisé un exploit sans aucune préparation ? Un marathon sans entraînement ? Pour le patchwork, comme pour n’importe quelle discipline, on ne va pas commencer par des choses compliquées, qui nécessitent de l’apprentissage et de l’exercice.

C’est tout à fait normal de se sentir dépassée par quelque chose de plus grand, qui nous intimide tellement qu’il nous fait peur. Peur de ne pas y arriver, peur d’être nulle, peur d’être ridicule, peur d’être bloquée par la technique.

Comment faire quand on débute en patchwork ? C’est d’accepter d’être un débutant, et commencer par des ouvrages simples, qui peuvent tout autant apporter de la fierté et de la confiance en soi. Un exemple d’ouvrage accessible lorsqu’on commence le patchwork, c’est un modèle à base de carrés, ou de triangles. Cela permet de s’approprier les techniques de base, en patchwork main ou en patchwork machine. Cela te donnera confiance en toi pour oser ensuite d’autres techniques et d’autres modèles.

2 – Avoir envie de commencer un patchwork complexe

Le patchwork est un DIY tellement riche et varié. On y trouve de nombreuses techniques, toutes aussi intéressantes les unes que les autres. Les deux techniques principales sont le piécé et l’appliqué et parmi ces techniques, on en trouve encore de nombreuses.

Les thèmes et les motifs sont également innombrables, et on est toujours tenté de réaliser un modèle qui nécessite plusieurs techniques complexes ou du moins nécessitant de la pratique.

Mon conseil : commencer petit. Démarrer le patchwork en réalisant un petit ouvrage s’avèrera plus constructif que de démarrer un quilt complexe, comme ces compas de marinier ou ces appliqués si jolis, mais ô combien méticuleux à réaliser !

Quilt compas de marinier de Jinny Beyer
Le motif compas de marinier donne un rendu spectaculaire

En choisissant un plus petit ouvrage, avec des techniques limitées et spécifiques, tu progresseras plus rapidement, et tu auras également la fierté de posséder soit un ouvrage décoratif ou encore un objet utile, comme un coussin ou un sac !

3 – Démarrer dans un état d’esprit négatif

Quand on démarre une nouvelle activité, on peut vite se décourager, et se retrouver dans un état d’esprit négatif. L’erreur est un bon indicateur dans l’apprentissage. Elle nous permet de nous améliorer et d’apprendre toujours plus.

Le patchwork est un fabuleux exercice de concentration, de lâcher-prise aussi et de pleine conscience. Pour réussir ce que tu es en train de coudre, il faut être à ce que tu fais. Quand la tête n’est pas disponible, les doigts ne suivent pas.

se sentir déçue par son travail
On peut se sentir frustrée ou déçue de ne pas être à la hauteur. Photo Unsplash, Zulmaury-Saavedra

Les quilteuses le répètent régulièrement : en faisant du patchwork, on se vide la tête. Tous les tracas du quotidien s’effacent pour nous permettre de créer. C’est une bonne raison de débuter en patchwork.

Comment faire du patchwork dans un état d’esprit constructif ? En se félicitant pour chaque étape franchie ! C’est en réalisant le patchwork tranquillement, étape par étape, que le voyage se passera au mieux.

4 – Se perdre dans le choix des couleurs

Comment choisir les couleurs pour mes premiers ouvrages ? C’est l’une des questions phares lorsqu’on débute le patchwork. Les possibilités de les assortir sont tellement vastes ! Comment savoir si je ne commets pas une faute de goût ?

Certaines personnes se retrouvent bloquées à ce stade de la réalisation. Il est vrai qu’il y a des éléments à prendre en compte, comme les valeurs, les tons, mais aussi les motifs de chaque tissu. Cela va dépendre aussi du style choisi, classique moderne, country…Et de notre propre sensibilité. Travailler un modèle avec des couleurs qui ne nous parlent pas forcément, c’est un vrai challenge, qui permet de sortir de sa zone de confort !

tissus patchwork quel choix de couleurs ?
Les tissus de patchwork sont innombrables et choisir une combinaison de couleurs peut être difficile. Photo Unsplash, Eva Blue

Alors, que faire ? Les merceries en ligne et les créateurs de collections sont bien inspirés de nous proposer des assortiments tous prêts. On les appelle charm pack, layers cake, fat quarter ou simplement coupons. Pour en savoir plus sur tous ces mots qui ressemblent à des bonbons, je t’invite à aller consulter le lexique. Ils représentent tout ou partie d’une collection de tissus de patchwork. Et si tu attrapes le virus du patchwork, tu peux très vite devenir addict aux collections. Le nombre de designers textile est incalculable, et les collections sorties chaque année le sont tout autant !!

L’avantage de ces assortiments de tissus, c’est que tu trouveras forcément ton bonheur. Le deuxième intérêt est donc que tu n’auras pas à te casser la tête pout savoir si les couleurs et les motifs sont assortis. Ils le sont à coup sûr !

5 – Trouver son résultat différent du modèle (et médiocre)

Dans la pratique d’une nouvelle activité, on apprend et on se trompe. Ce n’est pas grave, mais tu peux vite avoir envie de dénigrer ton propre travail. Ce n’est pas assez bien, ce n’est pas beau, ce trop grand, c’est trop moche, etc.

Le démarrage de cette nouvelle activité est souvent accompagné d’une (légère?) euphorie. On se sent gonflé à bloc. Résultat, on fonce, et le résultat n’est pas forcément à la hauteur de nos espérances. Pourquoi ?

L’une des erreurs réside dans le fait de ne pas lire correctement les consignes du modèle. Mais rassure-toi, cette erreur est tenace, car il arrive encore ce genre de déconvenues après plusieurs années de pratique !

Donc pour éviter que le découd-vite remplace ton aiguille à coudre trop souvent, prends bien le temps de lire, et relire les consignes avant de couper quoi que ce soit ! Y aller pas à pas, en s’aidant des photos qui illustrent le modèle, ce sont deux choses à ne pas oublier.

6 – Avoir des coutures irrégulières

Lorsque j’apprenais le patchwork, la personne qui me l’a enseigné nous répétait qu’il fallait avoir des coutures régulières. Avoir un travail soigné, c’est forcément gage de qualité. Mais comment faire pour avoir des coutures régulières ?

Etre régulier, c’est être consciencieux, voire méticuleux. Le conseil que je peux te donner, c’est de prendre le temps, d’y aller doucement pour adopter les bons gestes, ceux qui te feront faire du bon travail. J’ai remarqué aussi, que lorsque l’on retient sa respiration, parce qu’on est crispé, ou énervé, le résultat est mauvais. Alors, RESPIRE et tout ira bien !

7 – Etre embarrassé par un environnement de travail inadapté

Une fois lancé dans son projet, on est concentré sur son travail, sans avoir la notion, ni du temps qui passe, ni de notre positionnement. On se retrouve alors avec un mal de cou, ou dans des postures qui peuvent faire mal au dos.

Tu le verras sans doute si j’arrive à t’embarquer dans l’aventure du patchwork, la table de travail ressemble vite au souk de Marrakech (je n’ai rien contre le souk de Marrakech!) : un véritable bazar ! Des tissus dans tous les sens, la règle coincée entre deux revues, les ciseaux qui jouent à cache-cache avec nous ! De quoi perdre la tête !!

C’est plus facile à dire qu’à faire, mais ranger régulièrement son espace de travail est important. On peut faire de belles découvertes !! Pense également, quand tu couds, à rapprocher au maximum les éléments dont tu as besoin ou dont tu te sers, le plus près de toi, de ton corps, pour ne pas être en tension. Un aménagement le plus ergonomique possible peut t’éviter quelques douleurs.

Voilà pour ce petit tour des erreurs communes chez les débutantes. Je te retrouve bientôt pour de nouveaux articles.

Nadège

Tu as aimé cet article ? N'hésite pas à partager !! Merci !
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  •  
    16
    Partages
  • 14
  •  
  • 2
  •  

4 commentaires

  • Laure

    Bonjour Nadège,
    Quelle bonne idée que ce site !
    Ton dernier article m’a bcp touchée, de part les tas de questions que tu énumères et que je me suis moi même posées (j’attends la lecture de ces réponses avec impatience 😊) et de part l’hypersensibilité (voire hyperesthesie pour moi) et le multipotentiel que tu as découvert à travers tes enfants (j’ai vécu, ou plutôt je vis la même chose !). A bientôt, j’ai hâte de te lire

    • Nadège Fily

      Bonjour Laure,

      Merci pour ta visite sur le blog et pour ton commentaire. J’ai envie d’aider les personnes qui sont dans le même cas que moi, apprendre le patchwork et créer une communauté de passionnée actives, par leur travail et par leur “fonction” de maman. C’est cette idée et ce besoin qui sont à l’origine de ce blog.
      N’hésites pas à me dire s’il y a des sujets que tu aimerais voir traiter en particulier, j’y répondrai avec plaisir.
      La découverte de mon hypersensibilité (+ hyperesthésie, bien sûr 🙂 et ma multipotentialité ont été un véritable choc pour moi. Nos enfants sont de vrais catalyseurs, nous formons maintenant une vraie tribu de HP !!
      A bientôt sur le blog !

  • Nadège - Filencage

    Très belle idée ton site.
    Je le découvre grâce à l’atelier de Cocopatch.
    Je vais prendre le temps de lire les articles déjà en ligne.
    Ma grande hésitation pour moi c’est le choix du quilting. Je ne sais pas quels motifs choisirs et comment. Résultat, à part quelques petits morceaux, j’ai plusieurs quilt en attente. Je n’arrive pas à me décider de peur de me tromper.
    A bientôt.

    • Nadège Fily

      Bonjour Nadège,
      Merci pour ton message et bienvenue sur le blog. Je vais préparer un article sur le choix des motifs de quilting et comment les mettre en oeuvre sur ton quilt. La question qu’on peut se poser avant de quilter, c’est : “qu’est-ce que j’aime dans mon quilt ? Qu’est ce que je veux mettre en valeur ? un motif de tissu, une couleur, …?

      Tu peux prendre plusieurs photos d’une partie de ton quilt, les imprimer, et faire des essais de motifs au crayon : un détail de dessin de tissu à reproduire par exemple… Faire des essais de dessins au crayon permet de sortir l’idée de ta tête et de la rendre réelle, on se rend compte tout de suite si cette idée plait, ou pas.
      A bientôt ! Bonne lecture ! Nadège

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ton cadeau : 

Mini Formation GRATUITE 

Mes premiers pas au patchwork